lundi 23 janvier 2017

rebecca Campeau

















D’origine franco-brésilienne, Rébecca est née dans une famille d’artistes. Elle est venue à la création artistique par le stylisme qui lui a donné le goût du travail avec le tissu et les papiers. Peintre, elle se définit essentiellement comme un « sculpteur textile » et une « papiériste ». Elle sculpte des personnages connus ou anonymes et des animaux, à partir d’une armature métallique qu’elle habille de tissus peints. C’est tout un univers qui défile dans son atelier. D’elle, Andréa Ferréol a écrit : « J’aurais envie de jouer à la poupée avec les personnages de Rébecca Campeau, mais par-dessus tout, j’aime son bestiaire (ah ! son singe emplumé comme une grande cocotte) et ses fabuleux oiseaux, Loulou le perroquet de Flaubert, et tous les autres, oiseaux de lumière, de feu, de givre. Envol généralisé des cygnes-mouettes comme des fleurs qui se balancent au vent, des cages si fines qu’un souffle suffirait à leur donner des ailes, de notre imagination enfin libérée du poids du sol ».
Rébecca Campeau fait partie de la Collection des musées nationaux et du Musée Gustave Flaubert de Rouen, ou son travail oeuvres est visible en permanence.
Plusieurs institutions,dont le Musée de l’Homme à Paris et le Musée Jean-Lurçat d’Angers, lui ont passé des commandes.
Elle a travaillé avec Claude Lévi-Strauss et Paul-Émile Victor, et réalisé un livre, Vraies Semblances avec le photographe Frank Horvat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire